Report des Jeux 2021 à cause du COVID-19L’organisation des Jeux de la Francophonie 2021 est un véritable feuilleton à rebondissements. Initialement prévus à Dieppe et Moncton, ils ont été attribués à la République Démocratique du Congo en raison du désistement des deux villes canadiennes.

Les Jeux devaient se avoir lieu cet été, entre le 23 juillet au 1er août 2021 à Kinshasa. Mais le bouleversement du calendrier international consécutif au coronavirus risque d’avoir un impact sur la tenue de l’évènement.

Si les nouvelles dates n’ont pas encore été communiquées, la RDC bénéficiera au moins d’un an supplémentaire pour se préparer. Et à écouter les membres de l’organisation, c’est une bonne chose.

La compétition est liée aux JO

L’épidémie du COVID-19 a eu raison de tous les évènements sportifs devant se tenir à l’été 2020 : Tour de France, Roland Garros, Euro 2020, mais surtout les JO de Tokyo. Ces derniers ont été reportés du 23 juillet au 8 août 2021, c’est-à-dire en même temps que les Jeux de la Francophonie.

Beaucoup d’athlètes s’alignent sur les deux épreuves. Par conséquent, la compétition ne pourra pas se tenir en 2021. Dans une lettre du 23 avril 2020, les autorités de la RDC et le CIJF ont plaidé pour un report en 2022. Mais est-ce vraiment possible ?

Un calendrier sportif très chargé en 2022

Le printemps et l’été 2022 seront très riches en termes d’évènements sportifs. Il y aura les Jeux du Commonwealth, les Jeux asiatiques, les Championnats d’Europe multisport, mais aussi les Championnats du monde d’athlétisme ou les Jeux méditerranéens.

Dans ces conditions, difficile de trouver un créneau disponible. Reste donc à reporter la compétition en 2023, mais c’est une option qui semble pour l’instant prématurée.

Quant à l’annulation de la compétition en cas d’impossibilité à trouver une date, il n’en est pas question. Trouver une solution qui satisfasse tout le monde sera tout de même très difficile.

Le nouveau président congolais Tshisekedi

Felix Tshisekedi, le nouveau président de la RDC

Changement de dynastie en RDC

La complexité de l’organisation des Jeux ne peut pas être séparée de la situation politique du moment. En 2019, Joseph Kabila a laissé sa place à Felix Tshisekedi après plus de 12 ans à la tête du pouvoir.

Le changement de régime et la composition du nouveau gouvernement ont logiquement ralenti le dossier, même si Tshisekedi joue la carte de la stabilité après avoir conclu une alliance avec le partie Kabila au parlement.

L’audit sur l’organisation des Jeux, réalisé un an après l’élection présidentielle, a montré que le pays avait un très long chemin à parcourir avant d’être prêt à accueillir les athlètes. Pour ne rien arranger, certains experts pointent du doigt l’inaction du nouveau pouvoir en place et surtout le manque d’implication réel du nouveau président Tshisekedi.

Le président ivoirien Alassane Ouattara, qui avait accepté l’organisation des Jeux 2017 alors que son gouvernement n’était pas encore formé, avait fait un travail remarquable en veillant personnellement à ce que les travaux soient effectués dans les délais impartis.

La RDC n’a eu que 2 ans pour se préparer

Au vu de la situation, le report des Jeux de la Francophonie n’est pas une si mauvaise affaire pour la République Démocratique du Congo.

L’organisation des Jeux a été attribuée officiellement à la RDC le 2 juillet 2019. Le pays a donc eu à peu près deux ans pour préparer la compétition, ce qui est très inférieur aux 4 ans dont dispose normalement un pays hôte.

La réduction du temps de préparation aurait engendré un surcoût énorme. En repoussant la compétition, les frais d’organisation baisseront. C’est l’un des points positifs de cette situation.